Risque Attentat, quels changements dans nos pratiques ?

Les années 2015 et 2016 ont marqué un tournant fort dans la gestion du risque attentat en France.
Les organisateurs d'événements, directeurs techniques, chargés de sécurité, régisseurs généraux n'ont jamais autant couru après les recommandations ministérielles ou préféctorales et les réunions de sécurité en Préfecture que depuis 2 ans.



Au-delà des dispositifs à mettre en place (anti-bélier, renforcement du dispositif de sécurité, cloture des sites, palpation etc...), il y a de nouvelles notions à prendre en compte.

Jusqu'ici, l'évacuation du public était surtout liée au risque incendie.
Il s'agissait donc d'évacuer rapidement d'un point "P" les personnes en danger, la distance permettant d'amenuiser le risque. 

Le risque attentat nous oblige à considérer que la meilleure protection du public puisse éventuellement être  de ne pas bouger (ce qu'on appelle le confinement).
En effet, il peut arriver qu'il soit stratégiquement plus censé de se barricader dans une pièce plutot que de courir, et de devenir ainsi une cible potentielle.
Pour autant, le confinement ne peut pas être considéré comme une règle en soi, au risque d'empêcher le public de fuir un danger qui quelques minutes plus tard sera sur lui.

Il nous oblige à considérer également que l'appel des secours et la descritpion précise de la situation pourra être faite par toute personne présente sur le terrain et pas uniquement le staff de l'événement.

Cela modifie aussi notre logique des dégagements (sorties de secours). Elles doivent être sécurisées pour éviter de servir d'accès exterieur à une potentiele personne malveillante. Le danger peut donc venir de l'exterieur et de l'interieur, alors qu'auparavent, le seul danger exterieur étaient les resquilleurs. 

Enfin, le risque attentat nous met dans la perspective d'un danger extremement mobile, obligeant chacun à évaluer sans cesse le danger et sa progression.

Chacun cherche ses marques (ministère, préfecture, forces de l'ordre, organisateurs), en avançant au rythme des différentes recommandations des pouvoirs publics, réévaluées tous les trimestres.

http://www.gouvernement.fr/risques/comprendre-le-plan-vigipirate